L'article a bien été placé dans le panier
Avertissez-moi lorsque l'article sera de nouveau disponible.
Veuillez saisir la série de nombres dans le champ de texte suivant.

14,35 € * 15,95 € * (10,03% économisé)

Tous les prix sont incl. TVA et excl. Des frais de port. - Selon le pays de livraison, la TVA peut varier lors du passage à la caisse.

Les articles ne sont pas disponibles pour le moment, les délais de livraison peuvent aller jusqu'à 2-3 semaines. (dans la mesure où disponible chez le fournisseur - peut être plus rapide, mais parfois malheureusement pas)

  • CDCHD536
  • 0.1
P Maintenant bonus points
(ACE Records) 25 Tracks - Enregistrements Dootone classiques de 1954-1960 et 1973 - ...plus

Vernon Green & The Medallions: Speedin' (CD)

(ACE Records) 25 Tracks - Enregistrements Dootone classiques de 1954-1960 et 1973 - 

Quand j'ai vu pour la première fois les Medallions se rappeler le regretté Dootsie Williams de Dootone Records en 1990, j'ai été attiré par l'intense jeune leader Vernon Green. Il avait une qualité bluesy que j'aimais bien, et il a écrit son propre matériel. Vernon était une victime de la polio qui marchait difficilement, et les membres du groupe étaient des enfants des rues. Même si les groupes vocaux étaient grands autour de la ville à cette époque, personne n'y touchait - ils étaient trop négligés. 

Johnny Otis, qui travaillait pour Aladdin à l'époque, avait rejeté Vernon et les garçons parce qu'il voulait des enfants propres avec un sex-appeal câlin. dès leur première session d'enregistrement en 1954, Dootsie Williams a cherché à préserver cette livraison de rue contagieuse plutôt que de polir le groupe en quelque chose de professionnel mais artificiel. Je voulais attraper leur style non dilué. Lors de la sortie des disques du groupe, Dootsie faisait correspondre un numéro uptempo d'un côté avec une ballade smoochie de l'autre. L'une d'entre elles - La Lettre - était à peu près aussi loin que les ballades peuvent l'être. 

Jetez un coup d'oeil : Oh mon chéri, laisse-moi chuchoter de douces paroles de pismatalité et discuter des pulsions d'amour, et les mettre ensemble et ce que tu as : le mariage ! Le sweet-talk de Green a été développé, dit-il, pour compenser sa jambe desséchée par la polio et sa petite taille. Quand il était jeune, il s'était exercé au téléphone, parlant à des messages enregistrés pour convaincre son frère aîné qu'il était cool avec les femmes. Comme l'écrivain Jim Dawson le dit : Speedin' assemble 25 grandes chansons de Medallions, dont 23 des années magiques 1954-1960, de leur premier single Buick'59 n/b The Letter à leur onzième et dernier, Rocket Ship n/b Behind The Door. Un côté Ticket To Love inédit est inclus ainsi que I'm In Love With You et Give Me The Right d'une comeback 1973 session.

Propriétés de l'article: Vernon Green & The Medallions: Speedin' (CD)

The Medallions The Letter The rules had changed since the days of The Ravens and... plus
"Vernon Green & The Medallions"

The Medallions

The Letter

The rules had changed since the days of The Ravens and Orioles, much less The Ink Spots. Some young groups held their harmonic ambitions to a minimum, emphasizing the message and the beat. One of those loose-limbed crews was the Los Angeles-based Medallions.

Lead tenor Vernon Green, born May 1, 1937 in Dallas, Texas or Denver, Colorado, had been a polio victim as a youth (he sometimes brought a cane with him onstage). The Medallions were rounded out by tenors Randolph Bryant and Willie Graham, baritone Rudolph Brown, and a bass singer only remembered as Chuck. They auditioned for DooTone Records boss Dootsie Williams in June of '54 after having formed earlier that year. Dootsie shepherded the teenagers into Ted Brinson's garage studio to cut the careening Buick 59 (a simplification of Todd Rhodes' jump blues Rocket 69) featuring the guys' humorous automotive sound effects, and a dreamy ballad, The Letter. Pianist Andrew Blue provided accompaniment on both.

Much of The Letter was a romantic recitation by Green, laid over The Medallions' rudimentary harmonies and a few flowery terms that Vernon invented for the occasion. Issued that July, both sides were hits in several cities besides their hometown but didn't break nationally. Tenor Donald Woods and bass Ira Foley replaced Rudolph and Chuck for their DooTone encore date that fall. Green closely followed the formula of their debut on The Telegram, a sequel to The Letter, while Coupe De Ville Baby kept the car motif intact.

By the time DooTone issued their third offering in May of '55, coupling the Bryant-led ballad Edna and another automotive anthem, Speedin', the group had mutinied, leaving Green to form The Bel-Aires and record for Max Feirtag's Flip label with Woods their lead (they changed their billing to The Vel-Aires that summer for Death Of An Angel). Green carried on, pulling together various permutations of the group to record for DooTone except for a brief hiatus when he defected to Specialty in 1956, cutting Sweet Breeze with The Phantoms. One Medallions single on DooTone a few months earlier, I Want A Love, didn't have Green on it.

But Vernon was back with them for 1956's Push Button Automobile at DooTone. He just wouldn't let go of the car concept: Vernon Green and The Medallions, as they were then billed, released 59 Volvo in (you guessed it) 1959. Although an auto accident severely damaged his face in 1965 (ironic in a macabre way, eh?), Green came back to make a '67 single with yet another incarnation of Medallions for Minit and came full circle in '73, recording anew for DooTone. Vernon died December 24, 2000 after suffering a stroke. 

- Bill Dahl -

Various Vol.6, Street Corner Symphonies 1954

Read more at: https://www.bear-family.de/various-vol.6-street-corner-symphonies-1954.html
Copyright © Bear Family Records

Lire, écr. et débatt. des analyses…plus
Évaluations de clients pour "Speedin' (CD)"
Écrire une évaluation
Les évaluations sont publiées après vérification.

Les champs suivis d'un * sont des champs obligatoires.

Voir d'autres produits de Vernon Green & The Medallions