Produits de Billy Mo ? - CDs, Vinyl LPs, DVD und mehr

Billy Mo

Ceux qui ne connaissent Billy Mo qu'avec son chapeau tyrolien se trompent forcément sur le musicien Peter Mico Joachim. Le trompettiste de jazz, né le 22 février 1923 sur l'île caribéenne de Trinidad, descendant d'immigrés camerounais et allemands, n'a pas toujours pu mettre son talent en valeur en Allemagne. Après la Seconde Guerre mondiale, il avait obtenu une bourse de la Royal Academy of Arts and Music de Londres et n'avait pas tardé à jouer en tant que trompettiste solo dans l'orchestre Yvor Curzon. En 1953, il obtint son doctorat en musicologie.

Lors d'un voyage en Allemagne, il adopte le nom de scène Billy Mo, en référence à ses modèles noirs Billy Eckstine et Louis Satchmo Armstrong. En 1957, Billy Mo est découvert par Viktor Reschke pour enregistrer des disques chez Telefunken-Decca. Titres : Buona Sera et Oh Marie, tous deux en version originale de Louis Prima. Dans l'orchestre Bernd Kaempfert (16 octobre 1923 - 21 juin 1980), il jouait de la trompette dans le blues de minuit, que le compositeur Franz Grothe (17 septembre 1908 - 12 septembre 1982) avait écrit pour le film 'Immer wenn der Tag beginnt'. Grothe était déjà dans le cinéma depuis les années 20 et composa après la guerre avec une préférence pour Ruth Leuwerik, qui jouait une enseignante dans le drame scolaire 'Immer wenn der Tag beginnt'.

L'histoire, qui semble inimaginable d'un point de vue actuel, rend compte de manière impressionnante de la répression dans les écoles des années 50. Point culminant : l'enseignante Leuwerik obtient, malgré l'opposition du directeur, que les élèves du jazz band puissent jouer sur la tombe d'un camarade de classe. La trompette bouchée de Billy Mos, l'occasion de son solo, tout cela rappelle le solo de trompette de 'Verdammt in alle Ewigkeit' (voir CD 1954). Des enregistrements chantés comme La Paloma et Das Fräulein Gerda n'ont pas apporté à l'homme de Trinidad le succès escompté, qui n'est arrivé que lorsqu'il a interprété Ich kauf' mir lieber einen Tirolerhut. Depuis, il n'y a pas de carnaval sans le chapeau tyrolien que Billy Mo a chanté - et porté sur la tête - lors de galas, de fêtes d'entreprise, dans des tentes de bière et à la brasserie Hofbräuhaus. Les dernières années de sa vie, il a vécu à Wunstorf, en Basse-Saxe. Même à un âge avancé, il jouait encore au Jazz Club de Hanovre. Il a été décoré de la Croix fédérale du mérite en 2002. Mo est décédé le 16 juillet 2004 à Hanovre.

 

Billy Mo
Peter Mico Joachim est né en 1923 sur l'île de Trinidad, dans les Caraïbes, qui faisait alors partie du Commonwealth de Grande-Bretagne. Un an apr?s sa naissance, ses parents sont morts dans un accident - Peter Mico Joachim, dont les anc?tres sont originaires en partie du Cameroun et en partie d'Allemagne, a ?t ? plac ? dans un orphelinat. C'est là qu'il a fait de la musique sa passion. D'abord à l'harmonica, puis à presque tous les autres instruments. A l'âge de six ans, il s'est inscrit dans un groupe. Mais leur chef lui a dit : "Tu es encore trop jeune, fais d'abord sept ans". Un an plus tard, il s'approcha à nouveau du chef d'orchestre et lui annonça b¸tement : "C'est mon anniversaire. J'ai maintenant sept ans". L'homme le laissa faire et l'accepta dans sa troupe.

Depuis, la musique n'a plus quitté le futur Allemand, qui n'a jamais envisagé autre chose sur le plan professionnel. En 1945, Billy Mo, muni d'une bourse pour la Royal Academy of Arts and Music de Londres que lui avait accordée le gouverneur de Trinidad, se rendit dans la capitale britannique pour y terminer ses études de musique. Sur le bateau, il fit la connaissance de Winifred Atwell, une pianiste de boogie encore inconnue à l'époque.

Il devint alors trompettiste solo dans le célèbre groupe Yvor Curzon. Bientôt, son nom figurait sur tous les tableaux d'affichage à côté de celui de la pianiste. Ils se sont produits sur la scène du Prince of Wales Theatre dans l'émission 'Pardon My French'. Finalement, il a formé son propre groupe de 16 personnes, avec succès. Les stations de radio passaient sa musique, ses arrangements : la plupart du temps, ses idées étaient un peu plus fraîches que celles de ses concurrents. Parallèlement, il a pu poursuivre ses études à l'Académie royale. Il a obtenu son doctorat en musicologie à Londres le 12 octobre 1953. "C'était bien, mais ce n'était évidemment pas une qualification que je pourrais utiliser plus tard en Allemagne. On demandait des musiciens, pas des théoriciens de la musique".

En 1956, le succe`s s'estompe, on demande maintenant d'autres personnes. Billy Mo dut travailler dans des restaurants, "surtout dans un établissement dirigé par Peter Ponti, le frère de Carlo Ponti, le futur mari de Sophia Loren". Alors qu'il avait désespérément besoin de vacances, un ami lui a conseillé de se rendre à Hambourg, "pas à Paris, je n'aurais aucune chance".

Ce qu'il a apporté comme capital, c'est son talent musical ph‰nomique. Il n'était pas hautain. S'il le fallait, il jouait aussi du Dixieland : "Tout ce qui peut être fait avec des tˆnes m'amusait". Seul son nom ne lui permettait pas de se produire : Peter Joachim, qui sonnait beaucoup trop allemand, beaucoup trop peu exotique, ne pouvait pas faire de la publicit ? "J'ai réfléchi et j'ai eu l'idée de m'appeler comme mon chanteur préféré Balg Eckstein et Louis `Satchmo' Armstrong - Billy et Mo, Billy Mo". C'était désormais vraiment une marque de fabrique imbattable.
Personne n'avait plus de compétence. Le titre Swing Methusalem appartenait déjà davantage à l'étoffe dans laquelle étaient taillés les succès ultérieurs de Billy Mos : "Divertissant, le public suivait, s'amusait".

Le public ne lui était jamais indifférent : "Pour qui d'autre je joue ? Au 'Blauen Peter', lorsqu'un habitué entrait, nous lui jouions son air préféré - bien sûr, cela ne gâchait pas l'ambiance, au contraire". Heinz Woezel, son producteur pour tous les enregistrements Teldec, devait se douter que Billy Mo était un entertainer. Le résultat fut finalement le titre Das Fr‰ulein Gerda. "C'était enfin de la musique allemande - c'est ce que j'ai toujours voulu. Des chansons traditionnelles que les gens comprennent, quelque chose pour les gens pour qui l'américain était de trop et qui voulaient simplement se mettre un peu dans l'ambiance".


En 1957, Viktor Reschke le remarque. Chez Telefunken, il a enregistré deux titres : Buona Sera et Oh, Marie, deux morceaux de Louis Prima. "Mais je ne voulais pas vraiment copier des titres américains". La trompette dans le Mitternachtsblues de Franz Grothe de l'orchestre Bert K‰mpfert jouait ... Billy Mo. "Mon nom ne devait pas être mentionné, car j'étais sous contrat avec la Teldec".


Billy Mo était demandé comme musicien dans de nombreux films, comme 'Triplés à bord' avec Heinz Ehrhardt ou 'La nuit avant la première' avec Marika Rˆkk, mais il lui manquait encore la grande percée, le tube qui le ferait sortir de la monotonie : Mais il est finalement arrivé en 1963. L'histoire, dit Billy Mo, n'a pas encore été racontée.

"Après un concert au G¸rzenich à Cologne, nous nous sommes assis ensemble après le spectacle. Le lendemain matin, nous voulions toucher nos cachets, mais celui qui ne venait pas était l'organisateur. Tout le monde était contrarié, en colère, y compris Viktor Reschke, qui était présent. Nous avions fait du bon travail et n'avions pas reçu d'argent". Seul Mo ne laissait pas son humeur s'altérer : "Ce genre de chose était évidemment ‰rangé, mais ce n'était pas un drame. Sur une table, il y avait un chapeau, comme ceux que portent les Autrichiens, avec une barbe de chamois verte. Et je me suis dit : "Je vais plutôt voler un chapeau tyrolien". Charlg Niessen avait entendu parler de cet épisode par Viktor Reschke et m'a appelé un peu plus tard - car il en avait fait une chanson".

Wolf Kabitzky a arrangé la chanson avec l'aide active de Billy Mo. Au de?but, elle n'a e?te ? diffuse?e que sur AFN, la radio militaire ame?ricaine. Finalement, Ich kauf mir lieber einen Tirolerhut devint le tube de la saison, atteignit la troisi?me place des listes de vente et fut d?sormais interpr?t?e comme la confession de Billy Mo : de bonne humeur et plein d'entrain, toujours prêt ? s'amuser. Depuis, Billy Mo ne s'est que rarement essayé au jazz en public : "Je joue aussi du jazz, mais ça ne rapporte pas d'argent. Et au début, j'en avais un peu marre, toutes ces années, qu'on me demande toujours de porter le 'chapeau tyrolien'.
Mais j'ai aussi fait des études de psychologie et je sais donc que les gens ont de bonnes intentions et ne veulent pas me faire passer pour un idiot avec ça". p‰ter, une version anglaise a ŽtŽ enregistrŽe sous le titre I'd Rather Bug Myself A Tgrolian Hat.
o a une relation totalement détendue avec la musique de divertissement : "Je donne aux gens ce qui leur plaît. C'est ce qui a manquŽ en Allemagne, quelqu'un qui leur montre ˆ nouveau l'envie de vivre sur scne". Son propre chapeau tyrolien lui a ŽtŽ confectionnŽ par Evelyne, lÕŽpouse de Vico Torriani : "Nous Žtions tous une grande famille qui participait au cirque de divertissement".

Depuis, Billy Mo ne peut pas se plaindre des demandes du public : pas de carnaval sans le chapeau tyrolien. Il chante lors de galas, de fêtes d'entreprise, dans des tentes à bière et au Hofbr‰uhaus. "J'aime ça - transmettre la bonne humeur". Aucune autre de ses chansons n'atteindra le succès du chapeau tyrolien, ni Wir verkaufen unser Oma ihr klein H‰uschen, ni Sie trug ein Wum-Ba-Di-Dekoltee, ni la Biernudel-Polka, ni même la Zillertaler Blasmusik, avec laquelle il obtient la 10e place au Festival allemand de la chanson de 1965 à Baden-Baden. Il s'est classé à la 10e place (gagnante : Peggy March avec Mit 17 hat man noch Tr‰ume), ou avec la chanson Auf der Hazienda fehlt eine Frau, qui lui a valu la 8e place au Schlagerfestspiele deux ans plus tôt (gagnante : Gitte avec Ich will 'nen Cowboy als Mann).

Mo fut probablement l'un des premiers à réaliser un show télévisé dont le concept était déjà basé sur la spontanéité ; produit par la NDR, il fut diffusé sous le titre 'Cafe Mo' dans la première chaîne au début des années soixante : "Dans le 'Cafe Mo', peu de choses étaient prévues - nous espérions toujours que les collègues se comporteraient de manière professionnelle et présenteraient leurs numéros de manière improvisée".

Billy Mo Mr. Rhythm King
Read more at : https://www.bear-family.de/mo-billy-mr.-rhythm-king.html
Copyright © Bear Family Records

 

Copyright © Bear Family Records® Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être réimprimée ou reproduite sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit, y compris l'incorporation dans des bases de données électroniques et la reproduction sur des supports de données, en allemand ou dans toute autre langue, sans l'autorisation écrite préalable de Bear Family Records® GmbH.

Weitere Informationen zu Billy Mo auf Wikipedia.org

Fermer filtres
 
  •  
  •  
Aucun résultat trouvé pour le filtre !
Mr. Rhythm King (CD)
Billy Mo: Mr. Rhythm King (CD) Art-Nr.: BCD15966

Immédiatement disponible à l'expédition, Délai de livraison** env. 1 à 3 jours ouvrés.

1-CD avec livret de 16 pages, 32 titres individuels. Durée d'écoute : environ 79 minutes. Billy Mo C'était un samedi, c'est ce dont l'homme, aujourd'hui âgé de 73 ans, se souvient encore avec précision, mais il ne se souvient plus de la...
9,95 € 15,95 €
Ich Kauf Mir Lieber Einen Tirolerhut (2-CD)
Billy Mo: Ich Kauf Mir Lieber Einen Tirolerhut (2-CD) Art-Nr.: CD2087845

seulement 1x disponibles
Immédiatement disponible à l'expédition, Délai de livraison** env. 1 à 3 jours ouvrés.

(MusicTales) 42 titres Billy Mo est né sous le nom de Peter Mico Joachim le 22 février 1923 à Trinidad. En 1956, il est venu à Hambourg et a joué de la trompette dans un club de Saint-Pauli. En 1957, Billy Mo est découvert par le...
12,95 €
Mann Mit Dem Hut (CD)
Billy Mo: Mann Mit Dem Hut (CD) Art-Nr.: CD332405

les tout derniers 1 disponibles Immédiatement disponible à l'expédition, Délai de livraison** env. 1 à 3 jours ouvrés.

(Membran) 22 tracks
12,95 €